La maison passive : une construction qui s’autogére

11 août 2008 par Sylvain  
Catégorie éco construction

La maison passive est le must du must des constructions faibles en consommation d’énergie. L’une des plus complexes à réaliser aussi.
Véritable trésor d’ingéniosité, la maison appelée aussi « basse consommation » tire ses économies d’énergie de sa quasi complète autonomie en besoin de chauffage. Elle ne se contente que des apports solaires et métaboliques (habitants, électroménager) qu’elle peut capter. Intervient ensuite la seconde caractéristique phare de la maison : une bonne isolation. Grâce à elle, les seules énergies absorbées suffisent amplement à la chaleur du foyer puisque ses besoins énergétiques sont moins importants que ceux d’une maison conventionnelle.

Par rapport à une maison dite « classique », une construction basse consommation repose sur des piliers différents. Sa conception tourne autour de trois points sans lesquels aucune maison passive ne pourrait s’autogérer convenablement.
Une excellente isolation thermique, en premier lieu, permet d’emballer chaudement la maison et d’éviter les pertes de chaleur de l’intérieur vers l’extérieur. Pour arriver à ce résultat, la couche d’isolation dépasse couramment les trente centimètres, là où elle est d’une dizaine de centimètres dans une maison traditionnelle. Autre particularité : l’isolant doit se trouver à l’extérieur pour la recouvrir en intégralité et éviter les ponts thermiques.

Maison passive

Second pilier : une ventilation qui assure une parfaite qualité de l’air interne. Pour ce faire, rien d’autre qu’une VMC, une ventilation mécanique contrôlée, et qui plus est à double flux et avec récupération de chaleur. Le mécanisme est simple : de l’air frais insufflé au moment même où l’air vicié des espaces utilitaires est extrait. Grâce à l’échangeur de chaleur, l’air frais peut être réchauffé par l’air vicié à tout moment. Seul inconvénient : on oublie l’hyper-ventilation des chambres. Des fenêtres et portes trop souvent ouvertes risqueraient de bouleverser les flux d’air.
Mais il n’y a pas qu’ouverte qu’une fenêtre peut être nuisible au bon fonctionnement de la maison passive. Même fermée, c’est à travers elle que se perd la plus grande partie de la chaleur. A favoriser donc les triples vitrages aux châssis de fenêtre à triples joints d’étanchéité. Encore mieux : travailler l’orientation du vitrage pour placer le plus possible de fenêtres au sud, un axe excédentaire en énergie.